Vous êtes iciPokerenligne.comPokerenligne.comActualitesActualitésFull Tilt, la banque de Phil Ivey ?Full Tilt, la banque de Phil Ivey ?

Full Tilt, la banque de Phil Ivey ?

Publiée le mardi 02 août 2011

phil ivey et full tilt

 

 L'affaire a éclater au grand jour grâce à Noah Stephens-Davidowitz, propriétaire et rédacteur en chef du site Subject Poker. Site qui a déjà prouvé son sérieux à de maintes reprises notamment avec des informations dévoilées tout au long de l'affaire du Black Friday. 

 

Phil Ivey aurait contracté 18 emprunts

Le joueur de poker Phil Ivey ne serait pas aussi honnête qu'il le prétend. En effet, après avoir annoncé sa non participation au WSOP 2011, afin de montrer sa solidarité envers les joueurs de Full Tilt Poker qui n'avaient toujours pas accès à leur compte. Dès le lendemain, la room avait alors démenti sa prétendue bonne intention en annonçant que le joueur devait une grosse somme d'argent au site....

 

C'est seulement quelques mois après que nous obtenons du nouveau sur cette affaire. Il semblerait que le joueur aurait contracté 18 emprunts en moins de deux ans, ces emprunts survenaientt la plupart du temps après une mauvaise passe du joueur sur les tables de High Stakes. Alors que les remboursements s'effectué directement sur le compte joueur, rakeback ou via son salaire (il était employé de Full Tilt en même). Ces sommes cumulées atteindraient la somme mirobolante de 10 millions de dollars....

 

Un joueur français aurait également profiter de ce genre de pratiques illégales, David Benyamine. Même si ce dernier n'aurait emprunté que 750 000 dollars, il aurait contracté un prêt le 2 mai dernier soit après la fermeture du site. Une fois de plus durant ces derniers mois l'image de Full Tilt en prend un coup et on voit mal comment il pourrait revenir sur le marché et comment des investisseurs pourraient investir dans ce site....

Suivez Pokerenligne.com facebook twitter Google + youtube

Partagez cette actu sur le network !

Réagissez en laissant un commentaire !

Commentaire ()

Recevez notre newsletter

Inscrivez-vous ici:

Suivez nous sur Facebook
Suivez nous sur Twitter